Les gagnants du concours Des mots pour la santé des os: Jocelyne Parent

J’ai pris ma retraite il y a environ cinq ans. C’est à ce moment que j’ai pris conscience que je pouvais être atteinte d’ostéoporose, quand des connaissances de mon entourage me révélèrent la cause de leur « mal des os ». J’ai quasiment pris peur, car je ne voulais pas me faire envahir par cette maladie et voir ma qualité de vie diminuer. Je me vois difficilement avec un fémur ou un bassin cassé, peut-être que je pourrai endurer la douleur, mais je ne peux pas imaginer être dépendante des autres pour subvenir à mes besoins et effectuer des déplacements.

Ce fut le coup de clochette. Je me suis alors jetée sur la littérature traitant de l’ostéoporose. Malheur! Je n’avais jamais pensé que j’étais à risque : j’étais ménopausée, j’atteignais la soixantaine, j’apprenais que ma mère et ma grand-mère en étaient également affectées; en plus, j’avais cette bosse de bison caractéristique. J’ai donc consulté afin de vérifier la santé de mes os. Ouf! le diagnostic étant positif, je pouvais donc compter sur mes os.

En même temps, j’ai réévalué mes habitudes vie. Ce fut un projet important pour le début de ma nouvelle vie à la retraite. J’ai fait beaucoup de lectures; j’en ai presque fait une indigestion. Maintenant, je choisis mes aliments et je sais mieux reconnaître leur valeur nutritive… quoique je ne puisse pas me passer de café le matin et le soir. Aussi, j’ai pris l’habitude de prendre un comprimé de calcium au réveil, au cas où je ne prendrais pas la dose quotidienne requise. Évidemment, je ne fume pas. Jusqu’à récemment, j’étais devenue accro à mon heure d’aérobie du mardi et du jeudi. Cependant, j’ai dû changer mes activités, je compte dorénavant faire des marches quotidiennes.

Finalement, je me considère chanceuse d’avoir une ossature en santé (je garde les doigts croisés), et surtout fière de pouvoir dire que j’y ai contribué par l’acquisition de saines habitudes alimentaires et l’adoption d’un nouveau style de vie. Toutefois, ma réflexion d’aujourd’hui me fait réaliser que même si ces habitudes sont devenues quasi automatiques, cela m’encourage à continuer à y travailler tous les jours, car les efforts d’aujourd’hui sont un investissement pour la bonne santé de mes os. Je me dis que c’est une garantie pour le mieux-être de mes vieux jours. Je suis donc gagnante! Jocelyne et mes amis les os.

Je suis donc gagnante!  Jocelyne et mes amis les os.

Cliquez ici pour d’autres témoignages.