L’adhésion à la médication : un défi perpétuel en matière de gestion de l’ostéoporose L’adhésion à la médication : un défi perpétuel en matière de gestion de l’ostéoporose

L’adhésion à la médication : un défi perpétuel en matière de gestion de l’ostéoporose

juin 10, 2022

Éprouvez-vous parfois la tentation de ne pas prendre vos médicaments contre l’ostéoporose?

Si c’est le cas, vous ne faites pas exception. Selon les recherches, de nombreux patients, particulièrement ceux souffrant d’une condition chronique comme l’ostéoporose, ne suivent pas la posologie ou la durée prescrite de leur traitement médicamenteux.

L’ostéoporose constitue un problème croissant à l’échelle mondiale, dont la principale conséquence est la survenue de fractures. Il existe plusieurs traitements efficaces pour réduire les risques de fractures, mais pour en bénéficier, le patient doit y adhérer.

Qu’entend-on par l’adhésion à la médication?

L’adhésion aux médicaments comporte deux volets : l’emploi conforme et la persistance. L’emploi conforme consiste à respecter la prise du médicament tel qu’il a été prescrit, tandis que la persistance consiste à prendre le médicament aussi longtemps que nécessaire.

Comme pour toutes les maladies chroniques, surtout celles ne présentant pas de symptômes, l’adhésion aux traitements contre l’ostéoporose s’avère faible. Certains articles prétendent qu’en général, le taux de non-respect thérapeutique peut atteindre jusqu’à 50 %. Dans une récente étude auprès des personnes bénéficiaires du régime d’assurance-médicaments de l’Ontario, seulement 63 % des patients ayant une ordonnance de bisphosphonate en prenaient encore après un an, ce taux chutant à 46 % après deux ans.

Gros plan d’un médecin rédigeant une ordonnance en tenant une bouteille de pilules à la main.

POURQUOI LES GENS NE PRENNENT-ILS PAS LEURS MÉDICAMENTS TELs QU’ILS LEUR SONT PRESCRITS? VOICI CERTAINES HYPOTHÈSES :

  • Trous de mémoire. La personne oublie quand et comment prendre son médicament.
  • Faute de symptômes. La personne ne ressent ni le besoin ni les avantages de prendre le médicament. Cela est vrai pour l’ostéoporose qu’on appelle souvent « la voleuse silencieuse », car elle ne présente pas de symptômes jusqu’à ce qu’une fracture survienne.
  • Effets secondaires. La personne peut ressentir certains effets secondaires ou craindre les effets immédiats ou à long terme du médicament.
  • Doute sur les bienfaits du médicament ou une préférence pour une approche « naturelle ».
  • Manque de compréhension de la maladie et des bienfaits du médicament.
  • Communication défaillante entre le patient et son prestataire de soins de santé.
  • Coût du médicament.
  • Difficulté à suivre les directives prescrites.
  • Complexité du traitement, surtout si le patient souffre de plusieurs maladies qui requièrent différents traitements médicamenteux.

CONSÉQUENCES

Le défaut de prendre ses médicaments tels qu’ils sont prescrits a d’importantes répercussions. Une mauvaise adhésion au médicament a une incidence sur son efficacité et entraînera la détérioration de la santé du patient. De plus, cela aura pour effet d’augmenter ses médicaments et les coûts qui y sont associés.

En 2009, on estime que le manque d’adhésion aux médicaments a coûté au système de soins de santé aux États-Unis quelque 290 milliards de dollars. Peu de données sont disponibles au Canada, mais, en 1995, le coût de la non-adhésion aux médicaments était évalué de 7 à 9 milliards de dollars par année.

Les patients qui ne respectent pas la médication qui leur a été prescrite n’en obtiendront pas les bienfaits. Les patients qui suivent partiellement leur traitement médicamenteux peuvent en retirer certains avantages, mais s’exposent aussi aux risques de complications sérieuses. Les patients qui ne persévèrent pas dans la prise de leur médicament sont plus susceptibles d’être hospitalisés. Les études indiquent que, parmi les personnes prenant du bisphosphonate comme traitement contre l’ostéoporose, ceux qui respectent les directives à 75 % ne voient pas le risque de fracture diminuer autant que ceux qui suivent rigoureusement les directives à 100 %; et lorsque les patients ne prennent que 50 % de leurs médicaments ou moins, ils n’en retirent aucun bienfait (c’est comme s’ils ne prenaient pas de bisphosphonate du tout).

Plus de 80 % des fractures chez les personnes de plus de 50 ans sont causées par l’ostéoporose. Il existe des médicaments efficaces pour réduire les risques de fracture de 30 à 70 % sous réserve qu’ils soient pris de façon conforme et rigoureusement, tout le temps. Si vous présentez un risque élevé de fractures, il est crucial que vous preniez vos médicaments contre l’ostéoporose régulièrement et tels qu’ils sont prescrits.

Un médecin partage des données avec sa patiente à l'aide de sa tablette

POSEZ DES QUESTIONS

Si vous avez des questions ou préoccupations sur vos traitements ou médicaments, vous devriez parler à votre médecin – et vous devriez TOUJOURS le consulter avant d’apporter un changement, quel qu’il soit, à vos médicaments.

Ensemble, vous pourrez trouver la solution pour composer le mieux possible avec un problème. Cela permettra aussi de veiller à ce que vous suiviez la stratégie thérapeutique qui convient le plus à votre santé et d’en tirer le plus de bienfaits possible.

En savoir plus sur les traitements médicamenteux contre l’ostéoporose ici.

Mention de source : Le Réseau canadien des patients atteints d’ostéoporose (RCPO) est un réseau regroupant les personnes du Canada vivant avec l’ostéoporose. Le RCPO est le volet d’Ostéoporose Canada destiné aux patients.

Obtenez le bulletin d’information électronique du RCPO : Solides à l’os

© Ostéoporose Canada, 2022
Charitable Registration No. 89551 0931 RR 0001