Dre Aliya Khan, Dre Heather Frame, Dre Claudia Gagnon, Dre Rowena Ridout, Dre Lianne Tile et Dre Sandra Kim

Recommandations de l’équipe d’intervention rapide d’Ostéoporose Canada

L’ostéoporose est une affection chronique qui, pour les personnes présentant un facteur de risque élevé aux fractures, requiert une médication. Il n’y a présentement aucune preuve que les médicaments pour traiter l’ostéoporose accroissent le risque d’infections graves à la COVID-19. Sauf pour les bisphosphonates, qui se lient aux os pour une durée plus longue que la prise du médicament par le patient, l’arrêt de médicaments pour traiter l’ostéoporose est associé à une perte de la masse osseuse et à un risque accru de fracture. Cela signifie qu’il est important de ne pas interrompre une pharmacothérapie et de ne pas suspendre une dose de médicament sans consulter votre médecin au préalable.

Le vaccin contre la COVID-19 peut donner lieu à de légers symptômes grippaux ainsi qu’à une réaction à l’endroit où l’injection est effectuée. Cela s’applique à tous les vaccins offerts en ce moment. Étant donné que les médicaments comme le zolédronate (Aclasta) par voie intraveineuse, le dénosumab (Prolia) ou le romosozumab (Evenity) par injections, peuvent également entraîner une réaction qui s’apparente à des symptômes grippaux et à une réaction à l’endroit où l’injection a été effectuée, il est conseillé de ne pas administrer ces médicaments en même temps que le vaccin contre la COVID-19. Pour le dénosumab (Prolia), le moment de l’injection peut être modifié pour ne pas intervenir avec le rendez-vous vaccinal; il est toutefois important de s’assurer que la dose de dénosumab (Prolia) ne soit pas administrée plus que sept mois suivant la dose précédente. Un délai de 4 à 7 jours est recommandé entre une injection de dénosumab (Prolia) ou de romosozumab (Evenity) et l’administration du vaccin contre la COVID-19. Un intervalle d’une semaine est recommandé entre une perfusion intraveineuse de bisphosphonate zolédronate (Aclasta) et l’administration du vaccin contre la COVID-19. Comme la tériparatide (Forteo) est administrée par injection quotidienne sous-cutanée, l’utilisation de ce médicament peut continuer s’il est bien toléré et n’a entraîné aucune réaction à l’endroit où l’injection se fait. Ostéoporose Canada recommande l’administration de tériparatide (Forteo) dans la paroi abdominale ou dans la cuisse, soit à un endroit autre que celui du vaccin contre la COVID-19. La prise de bisphosphonates oraux (Actonel, Fosamax, Fosavance), ainsi que de raloxifène (Evista), peut se poursuivre sans discontinuation. Ces recommandations sont conformes à celles émises conjointement par l’American Society of Bone and Mineral Research, l’International Osteoporosis Foundation, la National Osteoporosis Foundation et d’autres organisations internationales.

Ostéoporose Canada tient à souligner l’importance de suivre le protocole prescrit pour tout traitement médicamenteux de l’ostéoporose afin de maintenir la santé de vos os. Il est également important de continuer à adopter de saines habitudes de vie pour favoriser la santé des os : un apport suffisant en calcium (idéalement de source alimentaire), des suppléments de vitamine D, une alimentation équilibrée et une activité physique adéquate, y compris un entraînement de renforcement des muscles avec des poids.

L’équipe d’intervention rapide d’Ostéoporose Canada, composée de membres du Conseil consultatif scientifique, crée des énoncés de principe dès que des nouvelles sont diffusées au sujet de l’ostéoporose. Ces énoncés de principe servent à informer à la fois les professionnels de la santé et les patients. Les membres du Conseil consultatif scientifique (CCS) sont des bénévoles experts des domaines de l’ostéoporose et du métabolisme osseux.