Le denosumab

Le denosumab (Prolia®) appartient à une nouvelle catégorie de médicaments pour  traiter l’ostéoporose appelée inhibiteur du ligand du Rank.

Juillet 2019 : En vigueur le 1er juillet 2019, le denosumab (Prolia®) a été inscrit à la liste de médicaments de la Nouvelle-Écosse – le Nova Scotia Formulary – comme traitement de l’ostéoporose chez les femmes post-ménopausées et les hommes qui répondent aux critères suivants :

  • Qui présentent une contre-indication aux bisphosphonates oraux ET
  • Un risque élevé de fracture* OU qui ont subi une fracture de fragilisation ou souffrent d’un déclin de la densité minérale osseuse malgré avoir suivi d’autres thérapies contre l’ostéoporose pendant un an OU qui ont une intolérance à d’autres thérapies de l’ostéoporose disponibles.

*Un risque élevé de fracture se définit comme étant un risque « modéré » selon CAROC (l’Association canadienne des radiologistes et Ostéoporose Canada) ou l’outil d’évaluation du risque de fracture FRAX accompagné, en plus, d’une fracture de fragilisation antérieure OU un risque élevé tel que déterminé par CAROC ou FRAX.

Mars 2018 : Le denosumab (Prolia®), qui est couvert par les régimes d’assurance-médicaments provinciaux suivants – Saskatchewan Formulary, le Plan de médicaments sur ordonnance du Nouveau-Brunswick (PMNOB), le Programme de médicaments de l’Ontario et Alberta Health – est maintenant autorisé pour inclure les hommes. Le médicament est couvert dans la mesure où les hommes répondent à des critères similaires à ceux des femmes post-ménopausées, soit : risque élevé de fracture, contre-indication à l’usage de bisphosponates oraux et échec d’autres thérapies contre l’ostéoporose. En Saskatchewan, Prolia® est aussi couvert pour les patients présentant un risque modéré ou élevé s’ils sont soit : un homme suivant un traitement antiandrogénique en raison d’un cancer de la prostate ou une femme utilisant un inhibiteur d’aromatase comme traitement du cancer du sein. Depuis 2017, les hommes sont couverts par le régime BC Pharmacare de la Colombie-Britannique.

Autres nouvelles sur Prolia® : Santé Canada a autorisé une nouvelle indication pour le médicament denosumab (Prolia®) : Pour accroître la masse osseuse pour le traitement et la prévention de l’ostéoporose induite par les glucocorticoïdes chez les femmes et les hommes présentant un risque élevé de fracture.

COMMENT FONCTIONNE LE DENOSUMAB?

Le denosumab est un traitement anti-ostéoclastique qui empêche le développement et l’activation des ostéoclastes (cellules qui érodent le tissu osseux). Même s’il agit de façon unique par rapport aux autres agents anti-ostéoporotique, le denosumab fait partie de la catégorie de médicaments anti-résorption.

QUELLE EST SON EFFICACITÉ?

Le denosumab réduit le risque de fracture de la colonne, de la hanche et d’autres sites de fractures chez les femmes atteintes d’ostéoporose postménopausique.

QUI PEUT EN PRENDRE?

Le denosumab peut être utilisé pour réduire le risque de fracture chez les femmes ménopausées atteintes d’ostéoporose.

PROLIA est aussi indiqué comme traitement visant à accroître la masse osseuse chez les hommes atteints d’un cancer de la prostate non métastatique qui reçoivent un traitement antiandrogénique et qui sont à risque élevé de fractures, et comme traitement visant à accroître la masse osseuse chez les femmes atteintes d’un cancer du sein non métastatique qui reçoivent un inhibiteur de l’aromatase (IA) comme traitement adjuvant, qui ont une masse osseuse faible et qui sont à risque élevé de fractures.

COMMENT LE PRENDRE?

Le denosumab est administré par injection sous-cutanée de 60 mg, tous les six mois, par un professionnel de la santé qualifié.

Y-A-T-IL DES EFFETS SECONDAIRES?

Certains effets secondaires potentiels liés au Prolia comprennent des douleurs musculaires, des infections de la vessie, une augmentation du taux de cholestérol ou une affection de la peau incluant des démangeaisons, des rougeurs et/ou de la sécheresse, une augmentation du risque de cellulite, infection de la peau traitable aux antibiotiques. Des problèmes de mâchoire (ONM) et des fractures atypiques de l’os de la cuisse peuvent également survenir.