Interprétation des résultats

Les résultats obtenus des tests de DMO sont comparés à ceux d’un jeune adulte dans la moyenne. Une note (score T) est alors attribuée afin d’indiquer la solidité des os (hanche et colonne en particulier). Malgré qu’il soit normal de perdre de la densité osseuse avec l’âge, la comparaison de ces résultats aide à déterminer si la perte osseuse se fait plus rapidement que prévue pour quelqu’un de votre groupe d’âge.

Le score T est exprimé en « écart-type » ou « ÉT ». Le nombre d’unités ÉT indique la différence ou la déviation par rapport à celle du jeune adulte. Un score « inférieur à la normale » est toujours précédé du symbole « – ».

Un score T inférieur à – 2,5 signale la présence de l’ostéoporose et un score entre -1 et – 2,5 signifie une faible densité osseuse (ostéopénie). Une DMO idéale se situerait à 1 ÉT de la moyenne retrouvée chez un jeune adulte.

Vos résultats de DMO ne forment qu’une partie de l’ensemble. Votre niveau de risque de fracture – obtenu par le calcul de la DMO, l’âge et autres facteurs de risque – vous aidera ainsi que votre médecin à établir si vous devez ou non suivre un traitement.

CAROC

En 2005, l’Association canadienne des radiologistes (CAR) et Ostéoporose Canada (OC) ont lancé un outil pour évaluer le risque de fracture sur 10 ans : CAROC

En plus de la DMO (T-score inférieur de la hanche et de la colonne lombaire), l’âge, le sexe, les antécédents de fracture et l’usage de stéroïdes sont pris en considération pour déterminer le risque individuel de fracture absolu sur 10 ans.

La présence d’une fracture de fragilisation et l’usage de stéroïdes indiquent que le patient est à risque élevé de fracture peu importe le résultat de la DMO

La version 2, maintenant disponible pour les médecins canadiens, utilise seulement le résultat de la DMO du col fémoral (hanche) au lieu de celui de la hanche et de la colonne lombaire le plus bas.

FRAX

En 2008, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a lancé FRAX, un outil d’évaluation du risque de fracture. En 2010, des données canadiennes ont été ajoutées au système FRAX. En plus de tenir compte de la DMO du col fémoral, de l’âge, du sexe, des antécédents de fractures et de l’usage de stéroïdes, FRAX inclut également les autres facteurs de risque cliniques pour calculer le risque absolu de fracture sur 10 ans de la fracture de la hanche ainsi que des fractures ostéoporotiques majeurs (colonne, avant-bras, bras). Les facteurs de risque cliniques sont :

  • L’IMC (calcul du poids proportionnellement à la taille);
  • Les antécédents parentaux de fracture de la hanche;
  • L’arthrite rhumatoïde
  • Les autres troubles médicaux qui contribuent à la perte osseuse;
  • Le tabagisme actif
  • La consommation d’alcool (trois verres ou plus par jour).